Nouvelles mesures pour la conduite à côté des voitures automatiques

Les voitures automatisées appartiennent à un avenir de plus en plus proche. Un concept, celui des voitures qui roulent seules comme des automates sur les routes, peut encore sembler être un jalon automobile au-delà de nos possibilités.

Sans aller plus loin, à l’heure actuelle, il nous est encore impossible de voir ce type de véhicule dans les rues. Néanmoins, des mesures sont déjà prises pour assurer le bon fonctionnement de la circulation des personnes et des voitures automatisées. Et tout va sûrement plus vite que nous ne l’imaginons. La preuve en est le grand progrès que nous constatons en matière de voiture branchée.

Partager la route

Pour l’instant, le secteur de la voiture automatisée n’a pas donné beaucoup de signes de vie au niveau des médias, mais il se développe, bien qu’il soit dans l’ombre des voitures électriques ; qui, pour l’instant, sont plus demandées par la société.

Mais, comme nous l’avons dit, les experts prédisent déjà que ce fait va sûrement changer dans quelques années. Et quand cela se produira, il y aura des dilemmes techniques. Par exemple, que se passera-t-il lorsqu’une route mixte (pour les voitures automatiques et les personnes) sera incorporée à une autre route. Il y aura certainement des retenues dues à l’incapacité des voitures automatisées à s’incorporer rapidement.

Projet INFRAMIX pour combiner la conduite automatisée et analogique

Martin Dirnwöber, expert en systèmes de transport automatisés d’AustriaTech, une agence fédérale pour les technologies de la mobilité basée à Vienne, en Autriche, a lancé le projet INFRAMIX. Cette initiative est soutenue par de grandes entreprises technologiques telles que Siemens et TomTom. Son principal objectif est de relier de manière optimale les deux modes de transport.

On espère que les problèmes de ces trois facteurs pourront être résolus : les travaux routiers, les ajouts tels que les routes d’accès aux autoroutes, et les autoroutes où une seule voie pourrait être réservée aux véhicules automatisés.

Compte tenu de ces trois questions, diverses options sont envisagées pour résoudre les problèmes. La possibilité d’utiliser des messages électroniques pour envoyer aux véhicules des informations sur les détours et les modifications du tracé de la route afin qu’ils puissent s’adapter à la nouvelle configuration est celle qui connaît la croissance la plus rapide, selon les termes de M. Dirnwöber.

Ces messages utiliseraient les systèmes de transport intelligents coopératifs (C-ITS), qui utilisent une forme de réseau WiFi ou de téléphonie mobile pour envoyer des informations routières aux voitures capables de les recevoir.

Cependant, pour l’instant, ce mécanisme est dans un processus industriel, tout comme le projet INFRAMIX. Ce qui est certain, c’est que, comme il est prévu à moyen ou long terme, les travaux se poursuivront depuis leurs bureaux afin de trouver une solution possible à la coexistence des personnes et des voitures automatisées.